Aiels

De Encyclopédie francophone de la Roue du Temps
Aller à la navigation Aller à la recherche
Aiels.gif

Jusqu’à ce que l’ombre s’efface, jusqu’à ce que l’eau ne coule plus, souriant dans les Ténèbres, hurlant son défi avec son dernier souffle, et prêt à cracher dans l’œil du Faiseur d’Aveugles le jour du Jugement Dernier...
- Serment Aiel

De haute taille et les cheveux clairs, ces hommes et femmes sont d'habiles traqueurs et de farouches guerriers. Considérés parmi les plus mortels combattants du continent, si non du monde, ils se voilent la face avant de tuer. Ils ont acquis la réputation méritée de défendre leur territoire contre n'importe quels étrangers.

Les Aiels n'ont pas toujours été des guerriers. Les récentes événements révèlent que non seulement ils n'ont développé leurs tendances guerrières qu'après la Dislocation du Monde, mais qu'en plus, ils sont étroitement liés aux Tuatha'an, le peuple voyageur qu'ils méprisent (sans jamais les attaquer).

Tous les Aiels ne sont des Algai'd'siswai (Guerriers - Danceurs de la Lance), mais même un Aiel n'ayant pas choisi la lance connait les rudiments du combat et du self-defense et peut affronter n'importe quel Habitant des Terres Humides sans crainte.

L'Histoire des Aiels

On en apprend plus sur l'histoire des Aiels lorsque Rand traverse les colonnes de verre de Rhuidean Les Aiels d'aujourd'hui descendent des Da'shain Aiel, un peuple au serice des Aes Sedai (hommes et femmes) plus tard au chef des Forces de la Lumière Lews Therin Telamon, le Dragon. C'est pour cette raison que les Aiels sont aussi appelés "Peuple du Dragon".

Traduit avec DeepL.com (version gratuite) Le Pacte était l'Aiel, et les Aiels étaient le Pacte ; abandonner la Voie reviendrait à abandonner ce qu'ils étaient.
— D'après les souvenirs de Jonai, ancêtre de l'Ère des Légendes de Rand al'Thor

Nous devons obéir. Nous sommes Da'shain Aiel et nous obéissons aux Aes Sedai.
— Jonai

L'Âge des légendes

Durant l'Âge des Légendes, le Da'shain Aiel servait les Aes Sedai et suivait la Voie de la Feuille. Cet accord était connu sous le nom du "Pacte", plus tard la Première Alliance. Ils se distinguaient par leurs uniformes de travail, les cadin'sor, et leurs cheveux roux. Les Da'shain avaient une réputation d'humilité, d'amabilité et d'inoffensivité à un tel degré que l'idée de nuire à quelqu'un, même involontairement, était épouvantable, et la possibilité qu'un Da'shain fasse du mal à quelqu'un pour quelque raison que ce soit était inconcevable.

Un(e) Aes Sedai était généralement servi par plusieurs Da'shain. Lorsque deux Da'shain qui servaient des Aes Sedai différents se mariaient, l'un d'eux demandait à transférer son service à l'Aes Sedai de son conjoint afin qu'ils puissent être ensemble. Durant ce temps, les hommes de Da'shain aidaient également les Ogiers et les Nym à chanter devant les bosquets de plantes pour les aider à grandir.

La Dislocation

Les Aes Sedai savaient que les Dai'shan étaient trop fiers pour quitter leurs villes de leur propre initiative, afin de se protéger. Elles leurs confièrent de précieux Angreal et ter'angreal avec pour mission de les mettre en sécurité dans un lieu sûr. Il était important de mettre ses objets hors de porté des hommes devenu fou. Les Dai'shan n'ont jamais su que cette tache avait également pour but de les mettre hors de danger car les Aes Sedai savaient qu'elles ne pourraient plus les protéger très longtemps. Des milliers de wagons étaient chargés de ces trésors ainsi que des milliers de boutures d'arbres chora. Ils devaient voyager et chercher refuge contre la destruction qui se déroulait dans le monde.

Les promesses faites aux Aes Sedai

  • Continuer à avancer, toujours à bouger, jusqu'à ce qu'ils trouvent un lieu sûr, où personne ne puisse leur faire de mal.
  • Pour garder le Pacte, la Voie de la Feuille.
  • Conserver les objets confiés à leur charge jusqu'à ce qu'ils en veuillent à nouveau.

La première division et la formation des Tuatha'an

La première division parmi les Da'shain Aiel s'est produite alors que les Aiels voyageaient dans le sud des Terres de l'Ouest. À la suite d'un raid, certains d'entre eux, menés par Sulwin, décidèrent d'abandonner la mission des Aes Sedai en abandonnant leurs reliques et en recherchant plutôt un lieu sûr et leurs chants oubliés depuis longtemps. Indigné, Adan a dépouillé le groupe de Sulwin du droit de s'appeler Aiel. Ces gens sont devenus les Tuatha'an et suivent toujours la Voie de la Feuille.

La Seconde Division

Les Aiels qui décidèrent de rester continuèrent à suivre le Pacte et à protéger les reliques, mais ils ne pouvaient protéger leurs propres familles contre les hordes sans foi ni loi qui rodaient dans ce monde brisé. Les enfants étaient kidnappés, les femmes violées et les hommes tués. Ils ne pouvaient se défendre ou venger les leurs sans trahir le Pacte. Au bout d'un certain temps quelques jeunes gens trouvèrent la situation intolérable, il leur était devenu impossible de continuer à suivre la Voie de la feuille. Un à un, ils décidèrent de répondre aux attaques. Jusqu'à ce que pour la première fois, un ennemi est tombé de la main d'un Aiel. Celui-ci fut rejeté comme tous ceux qui après lui se mirent à trahir la Voie de la Feuille. Quand ces jeunes gens voulaient retourner chez leurs familles, ils étaient courant d'entendre " caches ton visage … J'ai eu un fils il y a longtemps, avec un visage comme le tien. Je ne souhaite pas le voir sur un étranger ". C'est pourquoi aujourd'hui les Aiels se voilent le visage avant de tuer.

Aucun de ces jeunes gens rejetés n'était disposé à abandonner définitivement les chariots ; au lieu de ça, ils suivirent leurs sillages. Ils se considèrent toujours comme Aiels et ont gardé ce nom, refusant d'accepter l'idée que le fait de vouloir défendre leurs familles pourrait complètement éradiquer leur héritage. Ils vivaient dans des tentes et se nourrissaient de ce que leur procurait la terre, apportant protection à ceux qui ne pouvaient se défendre eux-mêmes, malgré l'obstination de ces derniers à ne pas reconnaître leur existence.

Ceux qui ont tenu la promesse faite aux Aes Sedai ont continué à transporter leurs objets, respectant le Pacte. Après la deuxième scission, ils furent appelés « Jenn », ce qui signifie « vrai » en ancienne langue. A l'intérieur du Désert, au sein d'une vallée encastrée dans une montagne anciennement appelée Chaendaer, les wagons s'arrêtèrent finalement, et les Aiels Jenn, aidés par les Aes Sedai, commencèrent à construire une ville. Ils l'appelèrent Rhuidean. L'architecture était probablement inspirée des anciennes cités d'avant la Dislocation, avec de grands bâtiments de verres brillants aux couleurs multiples touchant le ciel, des statues exquises et de larges avenues. Le dernier des arbres chora, appelé Avendesora par les habitants des terres humides, fut planté sur la place centrale. Avant de disparaître, leurs Aes Sedai ont construit un immense ter'angreal au milieu de Rhuidean pour enseigner aux générations futures et les préparer à la victoire de la Lumière sur l'Ombre. Ces colonnes de verre ter'angreal enseignent à leurs dirigeants la véritable histoire des Aiels en leur permettant de vivre leur passé douloureux et compliqué à travers les yeux de leurs ancêtres. Cela sert de test pour sélectionner de nouveaux chefs de Tribu et des Sagettes, s'ils se révèlent suffisamment forts pour supporter la vérité.

Hors de la cité, les gens des tentes se dispersent partout et firent de ces terres les leurs. Leur nombre grandit suffisamment pour que les groupes commencent à se disputer entre eux jusqu'à que les vestiges de leur unité originel soient perdus. Ils oublièrent qu'ils avaient suivi la Voie de la Feuille, ils oublièrent qu'ils étaient liés aux Jenn ; Ils oublièrent tout de leur héritage sauf la conquête de leur nouvelle terre et les guerres qui les opposaient.

Il existe des aspects de leur croyance originelle que les guerriers ne purent abandonner. Ils ne peuvent utiliser d'épée, puisqu'une épée n'est utile que pour tuer des êtres humains. Toutes leurs armes, lances, couteaux et arcs peuvent être utilisés pour la chasse, la construction ou l'élevage aussi bien que pour se défendre. De cette manière, ils peuvent toujours prétendre suivre en partie leur Pacte et ainsi être appelé Aiels. Avec le temps, le nombre des Aiels augmenta et celui des Aiels Jenn commença à diminuer. Les guerriers commencèrent à développer leurs propres cultures, avec de moins en moins de similitudes avec le peuple des wagons. La natalité a chuté chez les Aiels Jenn, tandis que la mortalité augmentait à cause de la difficulté du voyage, les Jenn étant moins résistants que les Aiels vivant dans les tentes qui étaient devenus très robustes. Les quelques Aes Sedai que les Jenn rencontrèrent le long de leur parcours ont certainement aidé à réduire leurs pertes, sans parvenir à inverser le processus. Ces anciennes Aes Sedai ne s'écartaient pas des wagons et évitaient tout contact avec les guerriers Aiels, probablement aussi effrayées que les Jenn par ce qu'était devenu ces parias. Les restes de l'amour que leurs ancêtres portaient à la musique et a la danse se retrouve dans les bataille lorsque les cornemuses des tribus entonnent leurs mélodies guerrières. Pour eux, le combat devient "la danse de la lance" dans laquelle chaque pas est mortel.

Code vestimentaire

Tous les hommes Aiels et les Vierges de la Lance portent leurs cheveux courts à l'exception d'une éventuelle queue sur la nuque. Les femmes qui ne sont pas des Vierges de la Lance ont les cheveux au niveau des épaules ou plus long, elles les nattent ou les attachent rarement. Elles les mettent fréquemment en arrière avec l'aide d'un foulard. Leurs longs châles et chemises sont dans des couleurs ternes de désert. Elles se parent de nombreux bracelets, colliers, souvent en ivoire sculpté ou en métaux précieux. Les femmes de hauts rangs sont susceptibles d'exposer une abondance de bijoux de grandes valeurs. Les Vierges possèdent généralement quelques bijoux mais ne les portent qu'occasionnellement pour des événements particuliers. Les hommes ne portent pas du tout de bijoux, à l'exception peut être de la marque des chefs imprimée sur leur peau à Rhuidean qui a l'allure du métal et ressemble à un étrange bracelet.

Nous savons aussi que les petites filles arborent 2 tresses au niveau des oreilles.

Cadin'sor

Le code vestimentaire parmi les Aiels a très peu changé depuis l’Ère des Légendes et l'époque des Aiels Da'shain. Le cadin'sor, porté à la fois par les hommes et les femmes est une adaptation de l'ancienne tenue de travail des Aiels Da'shain. Ce mot est la traduction approximative de "Tenue de travail" dans l'Ancienne Langue. Les vestes sont classiques et les pantalons amples gris ou marron afin de se confondre avec la roche, le sable ou l'ombre. Les Aiels ont ajouté à cela des bottes montantes souples lacées jusqu'au dessus du genou, pratiques dans le désert, ainsi qu'une shoufa, un foulard habituellement de la même couleur que le sable ou la roche, qui est enroulé autour de la tête et du cou. La coupe du cadin'sor est différentes pour chaque tribu et varie légèrement selon le clan. Bien que ces différences soient visibles pour n'importe quel Aiel, elles peuvent être difficiles à distinguer pour un étranger.

La seule différence entre la tenue des guerriers et celle des Aiels "normaux" est qu'un guerrier porte sur lui un long poignard, alors qu'un artisan par exemple en portera un plus petit (ou pas du tout).

Shoufa

Une shoufa est un foulard portée par les Aiels, généralement de la couleur du sable ou de la roche. Normalement, ce vêtement semblable à une écharpe est enroulé autour de la tête et du cou, ne laissant que le visage à nu. Quelque temps après la Dislocation du Monde, les Da'shain Aiels ont ajouté des voiles noirs à leurs vêtements pour les protéger de la poussière afin de réponse aux conditions difficiles qu'ils rencontraient au cours de leurs voyages. Les premiers Da'shain à avoir violé la Voie de la Feuille furent obligés de cacher leur visage derrière ce voile, car les autres Da'shain ne souhaitaient pas "voir les visages de leurs proches sur des tueurs". Lorsqu'un Aiel moderne pose ce voile sur sa bouche, cela signifie qu'il est prêt à tuer.

Dans les visions du passé de Rand, la shoufa est mentionnée comme faisant partie des vêtements de travail des Aiels travaillant dans les champs.

Les Tribus, clans et les Sociétés

Les Aiels sont organisés à plusieurs niveaux.

  • Les douzes tribus sont divisées en clan,
  • Les clans se subdivisent en places fortes (qui sont des villes/villages individuelles ; chaque tribu et chaque clan a également une place forte centrale),
  • Les guerriers Aiels s'affilient également à diverses sociétés guerrières, qui sont au nombre de douze.

Mais les liens de loyauté entre le tribus, les clans et les sociétés sont enchevêtrées, mais, en gros, l'allégeance à la société guerrière l'emporte sur l'allégeance à la Tribu. Cela semble contre-intuitif jusqu'à ce que l'on se souvienne que les tribus sont dans un état de guerre presque perpétuelle ; puisque les Aiels de n'importe quel tribu peuvent rejoindre n'importe quelle société, et ne lèveront pas la lance contre les membres de la société, cela permet des "liens diplomatique" ouvertes entre tous les tribus à tout moment.

Les douze tribus

Tableau des Tribus/Tribus aiels
Tribus Clans
Chareen

Cosaida
Jarra
Montagne Blanche

Codarra

Faille de Jaern
Rochers de Chane

Daryne

Falaise Brisée
Pic Tordu
Shelan

Goshien

Haute Plaine
Jhirad
Mosaada
Eau Rouge
Rivière-aux-Cailloux
Sel Rouge

Miagoma

Pic Froid
Eau Fumante
Crête de la Montagne

Nakai

Colline Noire
Eau Noire
Bas-Fond Salé

Reyn

Musara
Deux Lances

Shaarad

Roc Noir
Haido
Imran

Shaido

Domai
Sel Vert
Jonine
Jumai
Morai
Moshaine
Falaise Blanche

Shiande

Neder
Degalle

Taardad

Eau Amère
Eau Sanglante
Chumai
Quatre Trous
Quatre Pierres
Montagne de Fer
Aiguille Dentelée
Jindo
Miadi
Neuf Vallées

Tomanelle

Jenda
Serai
Shorara

(Jenn)

Les Aiels Jenn sont considérés comme faisant partie de la treizième société Aielle.

Les douze sociétés

De plus, les guerriers eux-mêmes sont divisés en 12 sociétés différentes.

  1. Boucliers Rouges (Aethan Dor)
  2. Chercheurs d'Eau (Duadhe Mahdi'in)
  3. Chiens de Pierre (Shae'en M'taal)
  4. Coureurs de l'Aube (Rahien Sorei)
  5. Danseurs de Montagne (Hama N'dore)
  6. Frères de l'Aigle (Far Aldazar Din)
  7. Lances de la Nuit (Cor Darei)
  8. Mains Couteau (Sovin Nai)
  9. Marcheurs du Tonnerre (Sha'mad Conde)
  10. Vierges de la Lance (Far Dareis Mai)
  11. Vrais Sangs (Tain Shar)
  12. Yeux Noirs (Seia Doon)

Une autre "société" fut créée par les Shaidos lorsque Rand al'Thor divisa les Aiels ; les Mera'din, ou "Sans Frères" en Ancienne Langue.

Toutes les guerrières Aielles appartiennent au Far Dareis Mai, les 11 autres sociétés sont strictement masculines.

Chaque société à sa propre culture et ses taches spécifiques. Par exemple, les Boucliers Rouges sont une sorte de police alors que les Chiens de Pierres servent souvent d'arrière-garde durant les retraites, tandis que les Vierges de la Lance sont généralement des éclaireurs. Combats et batailles entre tribus sont devenus courants, depuis la formation de la 1ère tribu aielle, mais les membres d'une même société ne peuvent s'affronter, même lorsque leurs tribus le font. Grâce à cela, il y a toujours des liens entre les tribus, même pendant les guerres.

Hiérarchie et position

Il n'y a pas de roi ou d'empereur, mais plusieurs Chefs ayant pour mission de maintenir l'ordre dans les tribus et les clans. Il existe ainsi des Chefs de Tribu (au nombre de 12), des Chefs de Clan.

Pourtant, un être serai au dessus de tous, le Car'a'carn, Celui qui vient avec l'aube. Chef des Chefs de Trubu et de tous les Aiels, il est celui qui, selon les Prophéties des Aiels, il unira les Aiels, puis les détruira. Mais grâce à lui, une infime partie pourra être sauvée.

Si seuls les hommes peuvent devenir chefs de Tribu ou de clan, seules les femmes peuvent détenir des biens. La propriétaire d'un toit (maison) ou d'une place forte (village) est la Maîtresse des Toits, et c'est elle qui doit donner l'autorisation de pénétrer sous son toit. De même, seules les femmes peuvent devenir des Sagettes.

Les coutumes

Les Aiels ont un certain nombre de pratiques culturelles qui sont assez étranges pour les étrangers. Par exemple, les femmes deviennent souvent guerrières et combattent aux côtés des hommes. En outre, le tabou de la nudité est beaucoup moins fort chez les Aiels que dans d'autres cultures, à la grande surprise de nombreux habitants des Terres Humides. D'autre part, leur capacité à afficher publiquement leur affection est presque inexistante, et ils sont mortifiés de voir des amoureux s'embrasser ou même s'étreindre.

La position de la femme

Les femmes Aielles ont beaucoup de pouvoir et participe à la vie de la tribu autant pour élever les enfants que pour les défendre. Seule une femme peut demander un homme en mariage. De son côté, l'homme ne peut pas poser la question, mais il peut, par le biais de cadeau par exemple, exprimer son intérêt. Une femme est la seule propriétaire d'une maison, son mari est juste "autorisé" à y pénétrer. Aussi, de très nombreuses femmes Aielles ont choisi de prendre les Lances et sont de farouches guerrières, au grand étonnement des habitants des Terres Humides.

Ji'e'Toh

Les Aiels ont remplacé la "Voix de la Feuille" par un code complexe, le "Ji'e'Toh", basé sur l'honneur et l'obligation. A travers ce code, plusieurs chemins conduisent à l'honneur, et chacun à son prix, chaque facette de la vie à son propre chemin. Par exemple, dans une bataille, le plus petit honneur est de gagner un combat en tuant son adversaire, car tuer est à la porté de tout le monde. Le plus grand honneur est de toucher son ennemi vivant et armé sans le blesser. Prendre un ennemi et le faire gai'shain se situe quelque part entre ces deux extrémités. Tous doivent suivre le code et trouver le chemin de l'honneur et cet honneur est ce qui la plus de valeur dans la société aielle.

La honte a aussi plusieurs niveaux selon ce code, elle est généralement considérée comme pire que la souffrance, une blessure ou même la mort. L'aspect du code supérieur à tous les autres est le Toh ou obligation : n'importe quelle obligation même la plus petite, la plus insignifiante, doit être entièrement rempli. Le Toh est tellement important qu'un Aiel acceptera même la honte, si nécessaire, pour remplir son toh, pouvant paraître mineur pour quelqu'un de non-initié au code.

Gai'shain

Le nom de gai'shain signifie "voué à la paix dans la bataille" dans l'ancienne langue. Les Aiels gagnent de l'honneur et du prestige pour leurs actes au combat - ou accumulent de la honte pour leurs méfaits. Tuer un adversaire est le moins honorable ; "n'importe quel enfant peut tuer". Ce qui rapporte le plus d'honneur, c'est de toucher l'adversaire alors qu'il tient une arme, mais sans le blesser. Un Aiel ainsi humilié est considéré comme ayant un toh - obligation - envers la personne qui l'a touché, et marchera directement vers cette personne et demandera à être fait gai'shain. À ce moment-là, il revêtira une robe blanche, deviendra le serviteur pacifique de cette personne pendant un an et un jour, sans se plaindre ou penser à s'échapper et jurera de ne pas toucher d'arme, ni même de se défendre, pendant cette période.

Même s'ils retournent dans leur peuple, le service doit être achevé. Il est probable que les gai'shain soient un héritage des services d'obédience et de non-violence que les Da'shain avaient offert aux Aes Sedai il y a longtemps. Toujours selon le code, les Sagettes, les forgerons, les enfants de moins de 10 ans et les femmes ayant un enfant de moins de 10 ans ou enceinte ne peuvent être fait gai'shain.

Devenir gai'shain est une façon de répondre de toh ; c'est totalement volontaire et peut aussi servir à expier une honte non liée à la bataille. Les gai'shain ne sont pas des esclaves, et tout habitant des terres humides qui le suggère est rapidement remis sur le droit chemin. Inversement, les Aiel sont horrifiés et désorientés par le concept de "serviteurs", des personnes qui travaillent toute leur vie au service d'autrui.

Da'tsang

Da'tsang, qui signifie "méprisé" dans l'Ancienne Langue, décrit une personne ayant commie un vol, un meurtre ou un autre acte qualifié l'intolérable par les Aiels (comme le mensonge). Forcée de porter des robes de laine noire inconfortables et de travailler inutilement à des tâches inutiles, les da'tsang ne sont jamais autorisés à faire quoi que ce soit d'utile, sauf en cas de grande nécessité. On devient da'tsang lorsque trois Sagettes différentes disent "Tu es da'tsang", bien que le processus plus formel comprend un procès où douze Sagettes siègent.

Les da'tsang connus

Isendre a été nommée da'tsang par les Far Dareis Mai après que Lanfear l'ait accusée d'avoir volé des colliers. Galina Casban a également été nommée da'tsang par les Sagettes Shaidos. Les Aes Sedai de la Tour impliquées dans la capture secrète de Rand et qui furent faites prisonnières après la Bataille des Puits de Dumai furent également faites da'tsang, bien que ce statut fut révoqué lorsqu'elles jurèrent fidélité à Rand et qu'il fut décidé qu'elles avaient assez souffert.

Mariage

Seules les femmes peuvent demander le mariage ; un homme peut accepter ou refuser, mais ne peut pas demander le mariage, bien qu'il puisse faire connaître son intérêt d'une autre manière, par exemple en offrant un cadeau. Les Vierges de la Lance prennent les cadeaux de Rand à Aviendha pour des cadeaux proclamant son intérêt. Dans le même ordre d'idées, un homme qui remarque qu'une femme le regarde est censé l'ignorer jusqu'à ce qu'elle manifeste son intérêt.

Les mariages aiels ne sont pas tous monogames. Il est parfaitement acceptable pour un homme d'être marié à deux femmes, bien que tous doivent être d'accord. Les femmes sont généralement des Presque-Sœurs ou des Première-Sœurs, qui deviennent alors Sœur-Épouses. Une fois unies, elles sont considérées mariées l'une à l'autre autant qu'à l'homme. Il n'y a cependant aucun écho de femmes mariées à deux hommes.

Le Présent de l'Eau

Nous ignorons combien de temps dura le voyage des nomades Aiels, mais ils est sur que leur errance les a conduit jusqu'à la Colonne Vertébrale du Monde à travers ce qui est aujourd'hui le Cairhien. L'histoire raconte qu'un jour, le chef d'une petite ville accorda le droits aux Aiels de prendre toute l'eau qui leur était nécessaire s'ils creusaient eux-mêmes les puits. Rétrospectivement il s'agissait simplement de bon sens, puisque ces puits pouvaient servir à la population locale une fois que les voyageurs eurent repris leur route. Pour le Aiels, s'étaient la première fois mémoire qu'ils n'avaient pas à se battre pour obtenir ce dont ils avaient besoin. Une centaines d'années plus tard, le souvenir de cet acte conduisit les Aiels à faire don de l'Avendoraldera, une bouture de l'un des arbres chora survivants, aux cairhieniens, qui étaient les descendants de ceux qui les avaient aider. Les Aiels, guidés pas les Aes Sedai, traversèrent la Colonne Vertébrale du Monde par une des passes menant vers l'est dans les terres désolées qui se trouvent au delà. Peut être que était-ce la manière des Aes Sedai de protéger les Aiels Jenn de la contamination des autres cultures afin que la prophétie racontée durant le Dévastation puisse se réaliser. Les gens des tentes suivirent, pour continuer à protéger les Jenn mais aussi par habitude et tradition. Juste après être entrée dans le désert, les habitants des tentes commencèrent à se diviser en Tribus et clans, alors que les Jenn continuèrent apparemment à maintenir leur structure sociale.

Le Cinquième

Lorsqu'un groupe d'Aiels s'empare d'une des places fortes d'un ennemi dans le Désert, la coutume veut qu'ils emportent 1/5ème de tout ce qu'elle contient, à l'exception de la nourriture.

À Caemlyn, Tear et dans d'autres villes, Rand al'Thor a refusé aux Aiels le droit au cinquième, car il ne peut se permettre que les Aiels soient considérés comme des ennemis ou que les régions soient affaiblies à l'approche d'une guerre.

Culture

Les Aiels commencent à apprendre les règles de survie et le maniement de la lance très jeune grâce à des jeux destinés à développer leur habilité, leur rapidité et leur précision. Ils apprennent aussi les complexités du Ji'e'Toh, la politique aussi bien que l'arithmétique et la lecture.

Alors que les Aiels semblent vivre comme des barbares, ils accordent une grande valeur aux livres et la littérature et sont souvent très bien instruits. Chaque colporteur transportant des livres est sur d'être très bien accueilli parmi eux.

Ils ne sont pas restés longtemps nomades, les Aiels ont creusés des places fortes dans les falaises, collines et canyons du désert. Dans la plupart des cités, les habitations sont en argile et en briques à la surface, avec des toits plats pour faire pousser des plantations, mais souvent, elles sont enfoncées dans la roche pour former des pièces plus spacieuses et confortables, bien isolées de la chaleur. Les pièces sont couvertes de tapis, décorées avec des tapisseries, et meublés avec de confortables nattes, coussins, étagères et tables, mais aucune chaise. Seul le chef possède une chaise. Alors que leurs vêtements sont ternes, leurs maisons sont habituellement colorées. De fines statues, des porcelaines et une grande variété de livres s’alignent dans de nombreuses niches, les rendant aussi élégantes de l'intérieur qu'elles semblent austères de l'extérieur. La tradition aielle de piller le cinquième des biens a permis à beaucoup d'entre eux d'acquérir des objets rares, en particulier durant la guerre aielle, quand ils traversèrent le Rempart du Dragon. Leurs échanges avec la Shara leurs ont apportés la soie et l'ivoire. Avec un environnement si plaisant, dans un pays si rude, les Aiels redeviennent nomades uniquement lorsqu'ils doivent conduire les troupeaux vers des terres plus vertes ou lorsqu'ils vont au combat.A l'intérieur de chacune de ces places fortes, une grande variété de plantes poussent sur les rebords des terrasses ou sur le toit des maisons. Elles demandent un arrosage fréquent sous le dur climat du désert. Cette corvée journalière est la plupart du temps confiée aux enfants ou aux gaish'an. Ces cultures précieuses produisent fruits et légumes pour une alimentation variées. Le tissage et la confection de bijoux représentent les principaux métiers, avec le travail du métal. Les Aiels extraient leur propre or et argent, ainsi que quelques autres minerais précieux. Ils extraient aussi des rubis, saphir, pierres de lune et pierres de feu, bien qu'ils ne les taillent pas en facettes. Le travail du métal est grandement respecté par les Aiels. Les forgerons ne peuvent être fait gaish'an, car un an et un jour d'inactivité pourrait leurs faire perdre l'habilité à travailler le fer. Les textiles, laine et algode en général, sont tissés dans de nombreuses fabriques. La laine provient des moutons et des chèvres et l'algode de plants intensément irrigués. Il y a très peu de bois utilisable dans le désert donc il n'y a pas de bucheron. Les quelques objets en bois apportés dans le désert sont très prisés.

Les Relations

Les relations entre Aiels sont à la fois simples et complexes. Il y a un terme spécifique pour chaque lien de sang et de mariage.

Les termes Aiels pour définir la famille
Terme Aiel Équivalent
Premier-Frère / Première-Sœur sont ceux qui ont la même mère, mais pas forcement le même père (parmi les Aiels, avoir la même mère représente un lien plus proche que d'avoir le même père) Frère / soeur de la même mère
Deuxième-Frère / Deuxième-Sœur est l'enfant de l'un des Premier-Frères ou Sœurs Cousin / cousine de votre tante maternelle seulement
Sœur-Mères / Sœur-Pères sont les Premier-Frères ou Sœurs de l'une des Mères Oncle / Tante du côté de la mère
Grand-père / Grand-mère est le père ou la mère sa propre mère Grand-père ou Grand-mère maternel(le)
Deuxième-Grand-Père / Deuxième-Grand-Mère est le père ou la mère son propre père Grand-père ou Grand-mère paternel(le)
Père-Soeur signifie que les pères sont frères Cousin de votre tante paternel seulement
Presque-soeur / Presque-frère pour désigner un(e) meilleur(e) ami(e) Meilleur(e) ami(e)
Soeur-épouse lorsque deux femmes ont le même mari euh...
Deuxième-mère / Deuxième-père est la mère de votre conjoint Beau-père / Belle-mère

Certains termes concernent des relations non liées par le sang. Les amis qui sont aussi proches qu'un Premier-Frère ou qu'une Première-Sœur sont appelés Presque-Sœur ou Presque-Frère. Des Presque-Sœurs se considèrent souvent comme des Première-Sœurs ; ce que des Presque-Frères ne font jamais.

Cérémonie pour devenir Première-Sœur ou Premier-Frère

Il s’agit d’adopter quelqu’un comme Première-Sœur ou Premier-Frère dans sa société, et cela ne se fait jamais à la légère. Une multitude de conditions sont imposées pour garantir que la paire souhaite réellement devenir une famille. La cérémonie est effectuée par une Sagette qui peut canaliser, ce qui crée la sensation de renaître physiquement comme s'ils partageaient l'utérus avec un jumeau.

Le résultat final est similaire à une forme plus faible du lien Asha'man/épouse ; les deux personnes peuvent se sentir vaguement et partager un certain niveau de lien psychique, bien que l'amitié étroite qui précède cette cérémonie rend difficile de dire quelle partie de cette compréhension mutuelle est due au tissage et quelle est due à l'affection partagée pour l'un l'autre. Aucun des deux partenaires n'a besoin d'être capable de canaliser pour que le lien fonctionne. De plus, cela n’est jamais fait à une femme enceinte, car l’enfant mourrait.

Parallèles

  • Robert Jordan a déclaré que les Aiels s'inspiraient des cultures zouloues, bédouines, apaches et japonaises, entre autres. Cela se traduit par leur mode de vie nomade et leur dédain pour les villes, ainsi que par leur mode de vie guerrier qui ont les vêtements et les compétences des traqueurs amérindiens. Tout cela se combine à leur dévotion profonde à l'honneur et au devoi à l'époque des Shoguns japonais que les Aiels appellent "toh".
  • Les Da'shain Aiel rappellent quelque peu les Jains, une secte indienne qui prône la non-violence.
  • Les tribus Aielles sont semblables aux Tribus d'Israël. Il existe un treizième tribus dans la Roue du Temps, en comptant les Aiels Jenn qui ont construit la ville de Rhuidean, dépositaire de l'histoire des Aiels, équivalente aux Lévites hébreux.
  • Le système des tribus et des clans (septs) est également un parallèle aux clans et septs écossais et irlandais. Jordan a déclaré qu'il pensait qu'il serait amusant d'avoir les Aiels comme une culture du désert mais avec un héritage irlandais, donc les Aiels sont physiquement un peuple modelé sur les Irlandais, ce qui est évident par leur peau pâle, leurs cheveux et leurs yeux clairs.

Références

  • NS,Ch1 – Lan combat les aiels à la frontière du Shienar. Ils ont beaucoup de respect pour lui et le nomme Aan'allein, celui qui est un peuple.
  • NS,Ch1 – Le jour où la Guerre des Aiels c'est terminé, les Aiels sont repartis vers l'est depuis la rivière Erinin.
  • NS,Ch6 – Les Acceptées de la Tour Blanche obtiennent la confirmation de la retraite des Aiels.
  • NS,Ch8 – Avec le départ des Aiels la grande coalition se disperse.
  • NS,Ch12 – Les Aiels traversent la Dague du Meurtrier des Siens en direction de l'Échine du Monde.
  • TEotW,Ch4 – Thom propose des histoires sur les Aiels.
  • TEotW,Ch6 – Tam al'Thor a combattu les Aiels.
  • TEotW,Ch23 – Seul un Aiel est capable de trouver de l'eau dans le Désert des Aiels.
  • TEotW,Ch36 – Loial pense que les Aiels possède l'Avendesora.
  • TEotW,Ch36 – Dans la bataille la devise des Aiels est: "Jusqu'à ce que l'ombre se soit dissipée, jusqu'à ce que l'eau ait disparu, plongeant dans les ténèbres avec des lèvres retroussées sur les dents, criant défiance avec le dernier souffle, pour cracher dans l'œil de l'Aveugleur au Dernier Jour."
  • TGH,Ch10 – Ingtar admire les Aiels. Ils sont les seuls à avoir résisté à Artur Aile de Faucon.
  • TGH,Ch16 – Lorsque les Aiels ont saccagé Cairhien Ils ont épargné la Bibliothèque Royale. Ils ne détruiront jamais un livre.
  • TDR,Prologue – Pedron Niall se pose des question à propos de rapports faisant état de la présence d'Aiels dans des régions aussi à l'Ouest que le Kandor et le Ghealdan.
  • TDR,Ch33 – Il y a des Aiels jusque dans l'Altara, ils sont à la recherche de Celui qui vient avec l'Aube.
  • TDR,Ch38 – The Aiel pensent qu'ils servaient les Aes Sedai avant la Destruction du Monde. Ils auraient échoué dans leur mission et c'est pourquoi ils auraient été envoyé dans la Terre Triple. Ils pensent que s'ils leurs font défaut encore une fois, elles les détruiront.
  • TDR,Ch39 – Les Aiels nomment les Amis du Ténébreux les coureurs de l'ombre.
  • TDR,Ch50 – Lan remarque la présence d'Aiels dans Tear.
  • TDR,Ch56 – Les Aiels sont le peuple du Dragon.
  • TSR,Ch22 – D'après la coutume lorsque les Aiels prennent un place ils s'emparent du cinquième de tout à l'exception de la nourriture, ni plus ni moins.
  • TSR,Ch22 – D'après la coutume il est interdit de verser le sang de quelqu'un revenant ou se rendant Rhuidean.
  • TSR,Ch23 – Les Sagettes donnent des explications à Egwene et Moiraine à propos des gai'shain et du ji'e'toh.
  • TSR,Ch25 – Rand découvre l'histoire des Aiels à travers les Colonnes de verre.
  • TSR,Ch34 – Bien que beaucoup s'entre elles sachent canaliser, les Sagettes en connaissent très peu sur les tissages de soin.
  • TSR,Ch48 – Les Aielles se rendent à Rhuidean et passent sous les Trois Arches lorsqu'elles s'apprêtent à devenir apprenties Sagettes. Elles y retournent pour passer à travers les Colonnes de verre lors du test final pour devenir Sagette.
  • TFoH,Ch21 – Lorsqu'une Aielle tisse une couronne de mariage pour un homme, elle choisit des fleurs correspondant à sa personnalité, piquante, douce, docile, etc...
  • TFoH,Ch21 – Lorsque que les Aiels se marient, après l'échange des vœux le marié et sa famille se frayent un chemin en combattant la famille de la mariée. Enfin le marié affronte la mariée avant de l'enlever.
  • TFoH,Ch21 – Lorsqu'ils atteignent l'age adulte, les Aiels ne chantent plus que lors des batailles et pour pleurer leurs morts.
  • LoC,Ch25 – Lorsqu'un homme découvre qu'il est capable de canaliser, il quitte son clan pour aller défier le Ténébreux sur les pentes du Shayol Ghul où il meurt. Les Sagettes ne savent pas neutraliser un homme ni le couper de la Source.
  • ACoS,Ch18 – Les Sagettes des autres clans acceptent de prendre part au combat pour contrer les Sagettes Shaido.
  • ACoS,Ch19 – Les Sagettes se trouvant à Cairhien interprètent les directives de Rand et font des Aes Sedai qui lui ont juré fidélité des apprenties Sagettes.
  • CoT,Prologue – Les Domani s'inquiètent de la présence des Aiels sur la plaine d'Almoth et en rendent Rand responsable.
  • CoT,Ch9 – Bain et Chiad acceptent d'aider Faile à s'échapper, mais elles ne l'accompagneront pas. Elles ont été faites gai'shain et partir serait une violation du ji'e'toh.
  • CoT,Ch14 – Caresser le bébé est un tissage connue uniquement des Aielles.
  • KoD,Prologue – Les Sagettes ne boivent que de l'eau.
Aiels
Personnages Amys · Aviendha· Bael · Bain · Bair · Chiad · Couladin · Gaul · Janduin · Jolien · Melaine · Melindhra · Muradin · Rand al'Thor · Rhuarc · Sevanna · Shaiel · Sorilea · Sulin · Tous les Aiels
Tribus et clans Chareen (Cosaida · Jarra · Montagne Blanche) · Codarra (Faille de Jaern · Rochers de Chane) · Daryne (Falaise Brisée · Pic Tordu · Shelan) · Goshien (Haute Plaine · Jhirad · Mosaada · Eau Rouge · Rivière-aux-Cailloux · Sel Rouge) · Miagoma (Pic Froid · Eau Fumante · Crête de la Montagne) · Nakai (Colline Noire · Eau Noire · Bas-Fond Salé) · Reyn (Musara · Deux Lances) · Shaarad (Roc Noir · Haido · Imran) · Shaido (Domai · Sel Vert · Jonine · Jumai · Morai · Moshaine · Falaise Blanche) · Shiande (Degalle · Neder) · Taardad (Eau Amère · Eau Sanglante · Chumai · Quatre Trous · Quatre Pierres · Montagne de Fer · Aiguille Dentelée · Jindo · Miadi · Neuf Vallées) · Tomanelle (Jenda · Serai · Shorara) · Jenn
Sociétés Boucliers Rouges (Aethan Dor) · Chercheurs d'Eau (Duadhe Mahdi'in) · Chiens de Pierre (Shae'en M'taal) · Coureurs de l'Aube (Rahien Sorei) · Danseurs de Montagne (Hama N'dore) · Frères de l'Aigle (Far Aldazar Din) · Lances de la Nuit (Cor Darei) · Mains Couteau (Sovin Nai) · Marcheurs du Tonnerre (Sha'mad Conde) · Promises de la Lance (Far Dareis Mai) · Vrais Sangs (Tain Shar) · Yeux Noirs (Seia Doon)