Âge des Légendes

De Encyclopédie francophone de la Roue du Temps
Révision datée du 20 avril 2023 à 14:06 par Noemy (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à la navigation Aller à la recherche

L’Ère des Légendes a précédé le Temps de la Folie et la Dislocation du Monde. Aussi appelée "Deuxième Ère", elle est une des périodes les moins connues de l’Histoire du Monde. Trop peu de documents ont survécu à la Dislocation du Monde, contribuant ainsi à baigner cette période dans un énorme flou où Histoire et Légende se confondent.

D’après ce que l’on sait, cette période bénie ne connaissait pas la guerre. Les miracles dus au Pouvoir de l'Unique étaient chose commune et le monde traversa une longue période de prospérité et de paix au point que la guerre n’était plus qu'un souvenir conservé dans les livres d’histoire.

A l’époque le Saidin n’était pas encore souillé par l'influence du Ténébreux et les Aes Sedai, hommes et femmes, œuvraient au service de tous. Les plus grandes œuvres jamais accomplies avec le Pouvoir de l'Unique datent de cette époque.

Géographie

Les destructions causées par les canalisateurs ont complètement changé la géographie du monde. Des continents entiers ont émergé tandis que la mer envahissait des lieues et des lieues de territoires habités et que des montagnes surgissaient du sol éloignant des lieux pourtant proches. Du peu que l’on sache sur cette époque, il ne semble pas qu'il y ait eu de nations durant l’Ère des Légendes, il est uniquement fait mention de grandes cités. Celles dont il est fait mention sont de grands centres métropolitains. Ce sont de véritables oeuvres d’art, toutes différentes les unes des autres. L'utilisation raisonnée du Pouvoir de l'Unique permettait une telle latitude dans le design architectural et la construction que presque tous les caprices artistiques pouvaient être satisfaits. On favorisait les variations de formes géométriques et organiques, avec des jardins, des arbres et des fontaines librement imbriquées dans le tissu urbain. Les tours en argent s'étirant si haut qu'elles semblaient toucher le ciel étaient souvent parsemées de dômes et d'arches qui rendaient rougeoyante la lueur vive des arcs-en-ciel, avec du verre coloré s'y insérant. Des monorails et des promenades se dressaient dans les airs et reliaient les différents bâtiments et structures, tels de délicats rubans. Des arbres chora en bordaient les rues et les voies. Une ville qui en était dépourvue était considérée comme morne et désolée. . D'une manière générale, l'architecture de cette période mêlait autant que possible esthétique et fonctionnalité et quelques uns des plus beaux fleurons architecturaux de cette époque ont été construits pour la simple raison que cela était possible, à l'exemple du Sharom.

Adanza

L’une des grandes cités de l’Ère des Légendes et la quatrième en importance et grandeur.

Références :

Guide – Adanza était connue pour "prospérer avec vitalité dans sa beauté égalée uniquement par la vitalité de ses habitants".

Aren Deshar

L'une des grandes cités de l’Ère des Légendes connue aujourd'hui sous le nom de <Far Madding.

Références

ToM,Ch51 - Rand se rappelle que Aren Deshar lui causa des soucis. L'enclave d'Incastar craignait le progrès.

Comelle

L’une des grandes cités de l’Ère des Légendes et la troisième en importance et grandeur.

Références :

Guide - La cité côtière de Comelle dominait la mer avec une splendeur à couper le souffle depuis son flanc de montagne. Ses immenses structures de verre, de cristal et de métal s'accrochaient à la roche abrupte comme une fleur étincelante jaillissant de la pierre. TSR, Ch26 - Jonai regarde vers l’ouest où se trouve Comelle, si elle existe toujours.

Devaille

La treizième en taille et en importance des cités de l’Ère des Légendes.

Références :

Guide - Quand Graendal proclama son allégeance à l’Ombre, Devaille fut encerclée par des Trollocs et des Amis du Ténébreux avant la fin du jour.

Emar Dal

Halidar

Jalanda

Kemali

M’jinn

L’une des grandes cités de l’Ère des Légendes, la seconde en taille et en importance.

Références :

Guide – Eval Ramman avait un poste dans un institut de grande renommée à M’jin avant de devenir Balthamel. TSR, Ch26 - Charn prévoit de se rendre à M’jinn où il épousera Nalla et servira Zorelle Sedai.

Mar Ruois

L’une des grandes cités de l’Ère des Légendes, la cinquième en grandeur et en importance.

Références :

TFoH, Ch20 - Mar Ruois tomba sous l’Ombre durant la Guerre de Pouvoir>. Tous ceux qui ne voulurent pas prêter serment à l’Ombre furent brûlés vifs.

Paaran Disen

La plus grande des cités de l’Ère des Légendes. C'était le siège central du gouvernement et le joyau de toutes les cités. Elle accueillait des merveilles de génie architectural parmi ses flèches et ses tours, mais aussi la Chambre des Serviteurs avec ses colonnes et sa pierre miroitante, siège du pouvoir des Aes Sedai.

Références :

TEotW, Prologue - [[Lews[Lews Therin]] vaincut Ishamael aux portes de Paaran Disen même si celui-ci réussit à s’enfuir. TFoH, Ch18 - Moghedien montre du dédain envers l’Ajah Noire actuelle. Celle-ci n’a pas goûté la victoire à Paaran Disen ni la défaite à Asar Don

La Chambre des Serviteurs

Le siège du pouvoir des Aes Sedai était localisé à Paaran Disen, la principale cité. C’est de là que les Aes Sedai étaient dirigés et là que les règles concernant le canalisage furent crées. Elle fut détruite par Be'lal avant que [[Lews[Lews Therin]] et ses Compagnons ne scellent le Forage. La Chambre des Serviteurs est décrite comme possédant des entrées aux colonnes massives, des portails largement ornés et des sols polis faits de pierres blanches étincelantes.

Références :

TDR, Ch50 - Be'lal rasa la Chambre des Serviteurs juste avant que [[Lews[Lews Therin]] et les Cent Compagnons ne scellent le Forage. TSR, Ch26 - Jonai entre dans la Chambre des Serviteurs où Someshta et plusieurs Aes Sedai, toutes des femmes, discutent ardemment. Après cela, il conduit les Aiels et leurs chariots chargés d’objet de Pouvoir de l'Unique loin de Paaran Disen. LoC, Ch1 - Alors que Randpense aux Aes Sedai, [[Lews[Lews Therin]] gémit car la Chambre des Serviteurs est détruite à jamais.

Paral

Shorelle

Une cité portuaire de l’Ère des Légendes

Références :

TFoH, Ch20 - Shorelle, le lieu de naissance d’Asmodean était une ville portuaire. Les ruines au-dessus de Taien dans l’Épine du Monde pourraient être tout ce qui reste de cette ville.

Tsomo Nasalle

Tzora

L’une des grandes cités de l’Ère des Légendes, la plus petite toutefois des quinze grandes métropoles. Elle était connue pour ses tours de verre de toutes les couleurs possédant une grande variété de formes géométriques et qui scintillaient comme des joyaux dans le soleil.

Références :

TSR, Ch26 - Durant la Destruction, Jarid Mondoran se rendit à Tzora. Il y tua dix mille Aiels qui se tenaient là et chantaient puis lorsque le dernier mourut, il changea l’entière cité de Tzora en un lac de verre.

V’saine

L’une des grandes cités de l’Ère des Légendes, la sixième en taille et en importance. Là se dresse le Collam Daan, la plus grande université de l'époque.

Collam Daan

La plus grande université de l’Ère des Légendes formait, avec le Sharom, le plus important centre de recherche et de développement de l’époque au monde. Les dômes bleus et argentés de la grande université étaient surpassés uniquement par le Sharom. On y étudiait la science aussi bien que l’usage du Pouvoir de l'Unique.

Références :

Guide - L’université du Collam Daan était surplombée par le Sharom, une immense sphère blanche de 100 pieds de diamètre flottant au-dessus, qui tenait en l’air grâce à un double usage du Pouvoir de l'Unique et de la technologie. Il pourrait sembler peu pratique de suspendre un tel bâtiment en l'air, surtout s'agissant d'un équipement de recherche scientifique qui requerrait de ses visiteurs qu'ils utilisent un transport aéroporté ou le Pouvoir Unique. Mais les architectes du Collam Daan le construisirent simplement parce qu'ils le pouvaient, et parce que le Sharom était une perle comme portée par le ciel célébrant le triomphe de leur art.

  • TSR, Ch26 - Charn est témoin de l’explosion du Sharom loin au-dessus du Collam Daam.
  • LoC, prologue - Mesaana se tourna vers l’Ombre après qu'on lui a refusé une place de chercheur au Collam Daan.


Société

Le gouvernement et l’économie

La société de l’Ère des Légendes était supportée par une économie stable et mondiale, qui donnait les plus grandes récompenses pour les plus grands services. Les Aes Sedai y tenaient de nombreux rôles importants mais ils représentaient un petit pourcentage de la communauté et la plupart des métiers étaient ouverts aux non-canalisateurs. Le gain financier individuel n’était pas difficile à atteindre mais ne signifait pas grand-chose dans un monde où la plupart des biens matériels étaient abondants. Même les personnes aux positions les moins valorisantes gagnaient suffisamment pour s’assurer un confortable niveau de vie. Il n’y avait pas de pauvreté. Tous ceux qui le souhaitaient obtenaient une place où ils pouvaient servir la société. La faible importance du gain personnel face au statut supprimait une grande partie de l’avidité mais non la jalousie. Il y avait une sorte de parlement mondial composé de membres élus démocratiquement. Des Aes Sedai y étaient souvent élus et y étaient très influents mais ce n'était pas obligatoire.

La société

Les gens de l’Ère des Légendes vivaient bien, grâce aux pouvoirs conjugués de la science et du Pouvoir de l'Unique. L’utilisation du Pouvoir de l'Unique pour les soins de guérison permettait que peu de gens meurent de blessure ou de maladie. L’espérance de vie variait de 150 à 200 ans pour une personne normale et les Aes Sedai vivaient plus longtemps encore, jusqu’à 700 ans pour certains. La population demeurait malgré cela dans des limites raisonnables grâce à un efficace contrôle des naissances. Le crime et la violence atteignaient un niveau particulièrement bas à cette époque même s’ils n'avaient pas disparu. La société de ce temps-là ne croyait pas aux emprisonnements de quelque sorte que ce soit, à moins que cela ne fût absolument nécessaire. Quand quelqu'un était pris à faire ou avoir fait un acte de violence, il était contraint en quelque sorte contre ce type de délit, de telle sorte qu'il était ensuite impossible pour lui de le reproduire. Puisqu'il n’y avait pas de pauvreté, ni de fortes inégalités financières ou de famines, il n’y avait pas de motifs de conflit. L’avarice et la jalousie avaient été éliminées, étant donné que le statut social était de toute façon plus important que le statut financier. Pendant cette période, les Aes Sedai usèrent rarement du Pouvoir de l'Unique pour leur profit personnel, puisqu'ils savaient que servir les autres leurs apporteraient de plus grandes récompenses. Les conflits dépassaient rarement la dispute verbale, et même ces conflits étaient rapidement résolus par la médiation. Tout le monde vivait en harmonie. La guerre resta inconnue jusqu'à l’ultime fin de l’Ère.

Le statut et l’honneur

Durant l'Ère des Légendes, le statut et l’honneur avaient plus d’importance que la vie matérielle elle-même. Tous souhaitaient servir la communauté au mieux de leurs possibilités pour acquérir ainsi un meilleur statut ou plus d’honneur. Le nom d’une personne reflétait ce statut : chacun naissait avec deux noms mais un troisième pouvait être gagné en servant au mieux la communauté. Il y avait apparemment de multiples moyens d’acquérir ce troisième nom. Les Aes Sedai bénéficiaient souvent d’un meilleur statut grâce à leur capacité à utiliser le Pouvoir de l'Unique et parce qu'ils étaient au service de la communauté.

La vie courante

Peu d’informations sur la vie de tous les jours ont été conservées. L’on sait toutefois que même les gens ordinaires avaient accès à une grande variété de merveilles technologiques. Sans effet sanglant, le jeu appelé "Épées" était populaire ; on pense que les Maîtres à l’Épée modernes en ont tiré le nom de leurs figures de combat. Il était possible de « vivre » des histoires chez soi, les divertissements pouvaient être directement amenés à la maison par un processus d’images tridimensionnelles. Il était possible à l’aide d’un code de contacter quiconque possédait une unité d’appel et voir cette personne – ou son logo si elle souhaitait préserver son intimité - dans une projection tridimensionnelle. Cela donnait ainsi une impression de proximité quelle que soit la distance entre les interlocuteurs. L’environnement intérieur pouvait être maintenu à une température constante quel que soit le temps. Des globes lumineux offraient de la lumière sans avoir besoin d’être rechargés ou remplacés. La préservation d’objets périssables était permise grâce à des boîtes de stases dans lesquelles le temps n’avait pas prise une fois la boîte activée.

La mode

La plupart des tissus de l’époque étaient composés en majeure partie de fibres naturelles mais certains comme le streith et les fancloth étaient entièrement artificiels. Le streith était une matière scintillante, généralement blanche, et qui possédait la faculté de changer de couleur selon l’humeur de celui qui le portait. Les fancloth eux créaient un camouflage qui rendait le porteur presque invisible. Les deux étaient des vêtements de haute couture. Aujourd’hui, ces matières sont rares et uniquement utilisées par les liges des Aes Sedai comme le fancloth.

La technologie

La technologie, qu'elle fût mécanique ou agricole, était très avancée durant l'Ère des Légendes. Comme les Aes Sedai étaient fort peu nombreux, le Pouvoir de l'Unique était utilisé de façon judicieuse. Les Aes Sedai concevaient et créaient la technologie mais c'étaient les techniciens qui construisaient et réparaient leurs créations et les diffusaient. Cette technologie basée sur le Pouvoir ne polluait pas l'environnement. Il n'y avait pas de pollution due au raffinage ou au transport puisque les polluants en résultant pouvaient être dispersés au niveau sub-moléculaire.

La technologie mécanique

La plupart des gens préféraient marcher, probablement grâce à la bonne qualité de l'air, et n'utilisaient des transports que lorsque les distances étaient trop longues ou les fardeaux trop lourds. Des véhicules larges, pour de nombreux passagers, utilisaient une technologie basée sur la gravité. Les jo-cars, les jumpers et les hoverflies avaient une plus petite capacité de transport en personnes et marchandises. Les jo-cars avaient un agréable design à quatre roues ou un type de technologie d'aéroglisseur pour flotter. Les jumpers et aéroglisseurs pouvaient flotter à diverses hauteurs au dessus du sol et les routes pavées étaient aisées à traverser. Les sho-wings (un véhicule aérien disponible en différents types et tailles) prenaient en charge les transports aux longs cours. Cependant ils étaient capables de parcourir à la fois de longues et de courtes distances, parfois à haute vitesse. Certains étaient très larges, pouvant emporter de nombreux passagers, d'autres plus petits, à usage personnel. Tous les voyages par-delà les mers étaient effectués par les sho-wings. Les aéroglisseurs avaient la capacité de planer sur place pendant une période de temps assez longue. Ils ne pouvaient porter que deux personnes et ne prenaient donc pas très souvent de passager. Ils étaient surtout utilisés comme unités de soutien dans l'armée. Par contre ils pouvaient probablement faire des manœuvres qu'un sho-wing ne peut pas effectuer, notablement le vol arrière. Pour ceux qui pouvaient canaliser, les moyens de transports mécaniques étaient inutiles car ils utilisaient le Voyage qui permettait au canalisateur d'ouvrir un portail pour se rendre dans un endroit différent. N'importe qui pouvait utiliser ces portails mais seuls les Aes Sedai pouvaient les créer. Les Pierres Portes, elles, permettaient de voyager dans d'autres mondes mais il ne semble pas que d'autre que les Aes Sedai aient pu les utiliser. Il semblerait que ces Pierres Porte aient été antérieures à l'Ère des Légendes. Des contrôleurs de chaleur extérieurs maintenaient les pièces à une température constante quel que fût le temps en extérieur. Des globes lumineux offraient de la lumière sans besoin de les recharger ou de les remplacer. Les sar-light étaient une autre source de chaleur mais semblaient très fragiles. (TfoH prologue) L'énergie nécessitée pour propulser les véhicules et faire marcher les appareils était apportée par un processus d'émission qui rendait l'énergie disponible à tous ceux qui avaient l'équipement de réception approprié. Les armes de cette époque étaient différentes. L'arme de base était la shocklance, une longue arme éjectant de l'énergie.

Listes des Objets de l’Ère des Légendes

  • choss - transport
  • conje - aiguille
  • cuande
  • cueran
  • no'ri - jeu
  • sha'rah - jeu
  • shocklance - arme
  • sofar
  • tcheran - jeu
  • zara

Références :

  • Guide – les villes les plus importantes de l’Ère des Légendes sont par ordre d’importance et de population : Paaran Disen, M’jinn, Comelle, Adanza, Mar Ruoios, V’saine, Jalanda, Emar Dal, Paral, Halidar, Kemali, Tsomo Nasalle, Devaile et Tzora
  • TEotW, Prologue – la zone dans laquelle se situent aujourd’hui Tar Valon et le Mont Dragon était autrefois une plaine plate avec une large rivière au lent écoulement et qui s’est depuis divisée en deux branches pour créer l’île de Tar Valon.
  • TEotW, Ch1 - Les collines de sable dans les Deux Rivières étaient autrefois le fond d’un grand océan.
  • LoC, Prologue - Durant l’Ère des Légendes, le Shayol Ghul où est emprisonné le Ténébreux était une île idyllique au milieu d’une mer froide, un lieu très apprécié par ceux qui aimaient la rusticité.
  • LoC, Ch20 - La géographie du monde a complètement changé entre l’Ère des Légendes et la période actuelle.
  • KoD, Ch25 - Aujourd’hui les chaînes de montagnes qui existaient déjà durant l’Ère des Légendes sont faciles à traverser. Au contraire les chaînes de montagnes qui se sont dressées durant la Destruction du Monde sont toujours difficiles à traverser, comme les montagnes de Damona, très dentelées et sans passage facile.